Guillevic 1907 – 1997

Eugène Guillevic (Jacques Robert).

Quotidiennes

Autrefois,
Quand j’étais gamin,
Je me sentais étranger au monde,
C’était
Comme si je n’y étais pas –

Et je me suis appliqué
À m’incorporer à ce tout.

Maintenant où s’approche ma fin,
Et je le sais, je le vis,

Maintenant
Je n’ai plus d’effort à faire
Pour sentir pleinement le monde
Seconde après seconde.

Il est là, je suis en lui,
Je suis à lui.

Quotidiennes, poèmes 1994-1996, Paris, Gallimard, 2002.

Grâce à N.de C. j’ai relu Eugène Guillevic aujourd’hui.

http://patte-de-mouette.fr/2020/05/17/guillevic-toucher-contre-la-peur/

http://patte-de-mouette.fr/2016/10/10/un-autre-toucher/

http://patte-de-mouette.fr/2018/04/10/humilite/

Paris V. 47 rue Claude Bernard.

Une réponse sur “Guillevic 1907 – 1997”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *