Claude Esteban 1935 – 2006

Claude Esteban. 2003.

(Merci à Catherine I. qui m’a rappelé les poèmes de Claude Esteban qui fut notre professeur à l’Institut Hispanique dans les années 70)

Mon amour, je pense qu’on devrait
partir maintenant

le temps est devant nous, il s’attardera
pour nous prendre

c’est comme si la terre
était devenue trop étroite pour nous deux

et qu’il fallait partir
je ne sais où

mais là nous serons seuls, une seule
poignée de poudre ensemble.

—————————————————————–

Mon amour,
fais que je vive entre les feuilles, que ce soit

en automne
et qu’il y ait sur les cimes

comme une couleur de miel, mon amour, j’ai travaillé
longtemps

et voilà qu’on dit qu’il faut
que je parte

et moi
je ne sais plus, j’ai les mains

qui tremblent, j’écris n’importe quoi
pour tromper l’hiver.

Morceaux de ciel, presque rien. Gallimard, 2001.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *