Vergílio Ferreira 1916-1996

Vergílio Ferreira.

«Une langue est un lieu d’où l’on voit le Monde et d’où l’on trace les limites de notre pensée et de notre sensation. De ma langue, on voit la mer. De ma langue, on entend la rumeur, comme de celle des autres, on entendra celle de la forêt ou celle du silence du désert. C’est pourquoi la voix de la mer a été celle de notre inquiétude.»

«Uma língua é o lugar donde se vê o mundo e de ser nela pensamento e sensibilidade. Da minha língua vê-se o mar. Na minha língua ouve-se o seu rumor como na de outros se ouvirá o da floresta ou o silêncio do deserto. Por isso a voz do mar foi em nós a da nossa inquietação.»

A Voz do Mar in Espaço do Invisível, Lisboa, Bertrand, 1999.

Vergílio Ferreira est né le 28 janvier 1916 à Melo (Gouveia) au Portugal.

Ses parents émigrent aux États-Unis en 1920 et laissent Vergílio et ses frères sous la responsabilité de leurs tantes maternelles. Il passe son enfance et son adolescence dans la région de la Serra da Estrela. De 10 à 16 ans, il étudie au séminaire de Fundão.
Il poursuit ses études au Lycée de Guarda puis à l’Université de Coïmbra où il obtient une licence en Philologie Classique à la Faculté des Lettres en 1940. Il devient professeur de lycée. Il écrit des romans, des contes, des essais et des poèmes, jamais publiés. Le Prix Camões lui est attribué en 1992. Treize ans durant (1981-1994), Vergílio Ferreira a publié neuf volumes de son journal, sous le titre Conta-Corrente. Les textes contenus dans ces volumes commencent en février 1969 et se terminent en décembre 1992.

Il est mort le 1 mars 1996 à Lisbonne et est enterré dans sa ville natale.

Oeuvres traduites en français:

1954 Matin perdu, traduit par Parcidio Gonçalves, Paris, La Différence, 1990 Prix Fémina étranger; réédition, 10/18 n°2686, 1995.
1959 Apparition, traduit par Geneviève Leibrich, Paris, Métailié, «Bibliothèque portugaise», 1990.
1965 Alegria breve, traduit par Roberto Quemserat, Paris, Gallimard, «Du monde entier», 1969.
1974 Rêve d’ombre, traduit par Anne Viennot, Nantes, Le Passeur – CECOFOP, «Bibliothèque de l’arc atlantique», 1995.
1983 Pour toujours, traduit par Anne Viennot et Marie José Leriche, Paris, La Différence, 1988; réédition, 10/18 n°2334, 1993.
1987 Jusqu’à la fin, traduit par Anne Viennot et Marie José Leriche, Paris, La Différence, 1991; réédition, 10/18 n°2484, 1994.
1990 Au nom de la terre, traduit par Geneviève Leibrich, Paris, Gallimard, «Du monde entier», 1992.
1993 Ton visage, traduit par Marie-Hélène Piwnik, Paris, Gallimard, «Du monde entier», 1996.
1996 Lettres à Sandra, traduit par Marie-Hélène Piwnik, Paris, Gallimard, «Du monde entier», 2000.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *